Ruth 4

Ruth 4

(Rt 4.1-10)

Dans le livre, il y a l’application de 3 lois juives.

Le droit de rachat

(Lé 25.23-25),

loi pour aider les pauvres et garder les terres au sein de la famille ; pour survivre, Naomi doit vendre un terrain.

La loi sur les Moabites et les Ammonites

(De 23) et (Nb 25) :

Ces populations ne peuvent pas être intégrée à Israël.

Le lévirat

(De 25.5-6),

loi pour donner une descendance aux veuves et assurer leurs vieux jours. C’est cette loi que Boaz fait appliquer en public. C’est ainsi, en effet, que les affaires juridiques se traitaient. Celui que la Bible appelle « Untel » refuse de racheter Ruth ; il veut protéger son patrimoine. S’il avait eu un fils avec Ruth, le champ serait devenu l’héritage de la lignée d’Elimélec. Comme dans la parabole des talents, il n’ose pas prendre un risque et enterre son talent pour ne pas risquer de le perdre. Il restera anonyme. Boaz, lui, prend un risque en s’engageant avec Ruth. (Rt 4.11-22) Le livre de Ruth a fait les délices des féministes à cause du rôle dominant des femmes. La bénédiction (Rt 4.11-12) fait référence à l’histoire de Rachel et de Léa qui sont à l’origine du peuple juif, à Tamar la Cana-néenne, étrangère comme Ruth, et à Pérets (Ge 38). Puis l’on se tourne vers l’avenir, il y a une descendance. Les personnages du livre s’encouragent, se respectent, se bénissent, montrant une saine vie sociale à l’encontre de notre société qui prône l’ individualisme ; ce sont même les voisines qui nomment le bébé et vont dire à Naomi que sa belle-fille vaut mieux que 7 fils !

Conclusion :

  1. Une histoire familiale se termine à un niveau national, Obed sera le grand-père du roi David. Elle deviendra universelle, car une Moabite s’inscrit dans l’histoire du salut, donnant un avant goût de ce que Paul dira dans (Ga 3.28). D. Arnold écrit : « L’harmonie entre Ruth et Boaz annnonce l’harmonie future apportée par le Messie ; païens et Israëlites sont réunis en un seul peuple ».
  2. Dans tout le récit, on ne voit jamais Dieu agir directement : Il imprègne entièrement la vie des protagonistes qui, peut-être sans le savoir, accomplissent le plan de Dieu.
  3. Les relations sont de qualité envers l’immigré, la personne âgée, le patron, les autorités, etc… Le Christ nous enseignera ce type de relations.
  4. Dans la communauté juive, le livre est lu à chaque Fête des récoltes ou Fête du don de la loi. Nous avons l’application de 3 lois en vue de la vie. Que notre justice aille aussi dans la direction de la vie !

Questions

  • Quel risque ai-je osé prendre qui m’a fait sortir de mes habitudes, et quel bénéfice en ai-je tiré ?
  • En quoi ma vie sociale devrait progresser pour sortir de l’individualisme ?
  • Comment est-ce que je bénis oralement et pratiquement les gens ?
  • Comment mes principes de vie et de justice, dans mes lieux de vie, sont-ils porteurs de vie ?

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.