L’Eternel est compatissant

L’Eternel est compatissant

(Ex 34.6) ; (Ps 103.8)

Nous vivons tous dans un cadre qui nous emprisonne. Il est fait de nos habitudes, de nos peurs, de nos craintes, etc. Le risque surgit aussi lorsque nous lisons des textes bibliques connus. Lorsque, par exemple, on lit : « Dieu est compatissant, miséricordieux, lent à la colère … », on peut penser avoir fait le tour de la personne de Dieu. Pour éviter cela, il nous faut revisiter les mots – le mot « compatissant », par exemple.

  1. Dieu n’est pas compatissant comme lorsque nous essayons de l’être en nous forçant à aider quelqu’un.
  2. Dans nos lectures bibliques, on peut remplacer « la compassion » par « la tendresse ». On découvre alors que la Bible est le livre de la tendresse de Dieu, même l’Ancien Testament. A titre d’exemple, on citera les Psaumes et les Prophètes. Ces derniers annoncent que, malgré tout, Dieu maintient son alliance, signe de Sa tendresse. Dieu a un cœur tendre et veut l’incarner en nous.
  3. Jésus est la manifestation de la tendresse de Dieu. Dans (Lc 7.11-17), un cortège en deuil croise le cortège de Jésus et de ses disciples. Jésus s’approche de la veuve, tout n’est pas fini, Il est là.
  4. La croix du Christ est le lieu où II donne sa vie plutôt que de faire intervenir une armée d’anges ; alors que dans le monde, dès que l’on parle de Dieu, on comprend fanatisme et non tendresse.

Comment se manifeste cette tendresse dans notre quotidien ?

  1. On peut, à la façon des poètes, regarder la voûte céleste et y contempler la tendresse d’un Dieu qui amène la vie dans notre monde plutôt que de ne la scruter que d’une façon scientifique.
  2. On peut chercher dans les Évangiles les manifestations de la tendresse de Jésus, car Dieu cherche à rencontrer l’humanité pour y inscrire Sa tendresse.
  3. On peut sortir du langage du dimanche matin pour y chercher et y découvrir le Christ.

Questions

  • Ai-je repéré les cadres qui m’emprisonnent ?
  • Mon christianisme est-il une vie abondante ou un ensemble de cadres ?
  • Qu’est-ce qui pourrait m’empêcher de goûter à la tendresse de Dieu ?
  • Qu’est ce qui pourrait m’empêcher d’incarner cette tendresse dans mon quotidien ?

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.