Une mission qui se poursuit dans une situation tout sauf idéale

Une mission qui se poursuit dans une situation tout sauf idéale

Actes 27-28

1. Résumé du livre des Actes tel que nous l’avons étudié

Ce livre parle d’un mouvement qui a commencé après la résurrection de Christ, d’une vague dont l’énergie de propagation vient de Dieu ; c’est l’irruption du Royaume de Dieu dans notre monde. Christ l’a initiée, elle se poursuit à la Pentecôte par les apôtres puis par les premiers chrétiens. Le livre des Actes est rempli de récits où l’action de Dieu se mêle à l’action d’hommes remplis de son Esprit. Au milieu de nombreux miracles et guérisons, de prédications remplies de la puissance de l’Esprit, des milliers de personnes se joignent à ces premiers chrétiens. La vague grossit et se répand toujours plus loin. Parallèlement, cette vague de l’Esprit rencontre de nombreux obstacles. Deux royaumes s’affrontent. Le règne de Dieu a pénétré le règne de Satan. Aujourd’hui, faire partie de cette vague de l’Esprit ne se fait pas non plus dans des situations idéales. Les premiers disciples avancent dans des situations qui sont difficiles avec foi et, au fur et à mesure qu’ils avancent, ils réalisent à quel point Dieu est capable d’agir dans ces situations.

2. Actes 27-28

Les évènements qui y sont décrits sont loin d’une situation idyllique. Pour rappel, Paul a été arrêté deux ans auparavant. Son procès traîne pendant deux ans. Lors d’une audition, Paul en appelle à César. Les conditions du voyage jusqu’à Rome ne sont absolument pas idéales. En effet, du mois de novembre à mars, la mer est considérée comme trop dangereuse pour la navigation. Paul, qui a déjà vécu trois naufrages auparavant conseille d’hiverner sur l’île. Sans tenir compte des avertissements de Paul, le capitaine décide de partir. Pendant 14 jours le navire dérive en pleine tempête. Finalement , disloqué, il vient s’échouer devant l’île de Malte. Sur l’île, Paul se fait mordre par une vipère. Il n’en meurt pas. Là, Paul guérit le père de Publius, puis tous les malades de l’île.

En attendant d’être jugé, Paul demeure à Rome deux ans. Il peut recevoir des personnes et enseigner. Il écrit les lettres aux Colossiens et aux Éphésiens. Le livre des Actes se termine pas ces magnifiques mots pleins d’espoir, (Ac 28.30-31). Dans l’AT, la mer est régulièrement utilisée comme symbole des forces du mal. En fait, ce ne sont pas les forces de la nature qui se sont dressées contre Paul. Ce ne sont pas les machinations des hommes mais ce sont des forces démoniaques à travers eux. La Bible fourmille d’exemples du diable cherchant à contrecarrer les plans de salut de Dieu. Il a essayé par Pharaon de noyer l’enfant Moïse, par Haman d’anéantir les Juifs, par Hérode le Grand de détruire l’enfant Jésus à Bethléem, etc. Là où des chrétiens se lèvent avec un désir profond de vivre et de proclamer l’évangile, les situations ne sont jamais idéales, car il y en a un qui ne veut pas que cela se réalise. Malgré son emprisonnement, le message de Paul a un impact fort. Plusieurs de ses interlocuteurs saisissent que la liberté proposée par son message est tellement forte que les chaînes qui le retiennent prisonnier ne sont rien en comparaison. Et ça c’est le message de l’évangile pour nous aussi aujourd’hui ; Au-delà des chaînes que les circonstances ont placé sur nos vies, nous pouvons expérimenter la liberté et la joie de l’évangile et même proclamer cet évangile. Dieu nous rappelle qu’aucune digue aussi haute et infranchissable soit elle, ne pourra résister à sa vague de salut, (2Tm 2.9).  Paul, enchaîné, prêche l’évangile du royaume de Dieu, en toute liberté et sans obstacle. Dans des situations qui ne sont jamais idéales, l’évangile parle encore et encore d’un Dieu qui est présent et qui sauve. Il n’y a aucune circonstance  qui ne puisse être visitée par son espoir.  Rien, absolument rien ne peut limiter la portée de l’évangile. Dans nos situations moins qu’idéales, la vague de l’esprit continue sa route. Dans l’histoire de l’église, de nombreuses digues se sont élevées contre cette vague, aucune ne l’a arrêtée. Dieu nous appelle à vivre et à témoigner de sa vie dans des situations qui ne seront jamais parfaites, des situations faites de combats contre un ennemi qui cherche à nous anéantir.

Questions

  • Quelle est mon attitude lorsque mes conditions de vie ne sont pas idéales  ?
  • Quelle aurait été mon attitude si je m’étais trouvé à la place de Paul sur le bateau pris dans la tempête ?
  • Quelle est ma façon de témoigner de ma foi lorsque les circonstances ne sont pas idéales  ?

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.