Culte Mission

Culte Mission

Culte avec Steve Tanner, directeur exécutif de l’association A ROCHA

Les Fondements bibliques pour prendre soin de la Terre

  1. Une création bénie (Gn 1.31)
  2. Un monde déchu (Gn 3.17, Es 24.5-6)
  3. Le pays de la promesse, alliance avec le monde entier (Gn 9.8-17)
  4. Jésus, Sauveur du monde (Col 1)
  5. Nouvelle création

Principaux défis du monde actuel au niveau environnemental

Disparition des espèces et des écosystèmes naturels au profit des infrastructures humaines. La Terre se transforme en une grande ville. Effondrement de populations entières d’espèces, disparition de systèmes complexes. Morcellement des territoires, perte de diversité génétique.  Sur la Terre, l’espèce humaine et les 4 espèces d’animaux domestiques les plus courantes représentaient le 1 % de la masse de tous les mammifères il y a 2000 ans. Aujourd’hui, ils en représentent le 90 %, alors qu’il y a 5100 espèces. On tue chaque année 60 milliards d’animaux d’élevage pour se nourrir, soit 1600 par seconde.

Réchauffement climatique avec un impact énorme sur les espèces. Surpopulation humaine, qui risque d’anéantir ses propres bases de subsistance et par cela même anéantir sa propre espèce.

Imminence d’une grave crise énergétique due à la fin du pétrole. Nous dépendons à 90 % du pétrole à commencer par la production de nourriture qui, elle en  dépend à 70 %.

Diffusion dans tous les écosystèmes de la planète de poisons créés par l’homme : micro-plastiques, métaux lourds, pesticides, nanoparticules. Ces poisons s’accumulent dans la chaîne alimentaire.

Être des serviteurs de Jésus-Christ dans ce contexte

Nous avons réduit la nature à une ressource à exploiter, à un supermarché. Nous nous sommes centrés sur nos besoins, notre confort et nos richesses. Il est temps de vivre une nouvelle naissance dans notre relation avec la création.

Gus Speth, doyen de l’École d’études environnementales de l’Université de Yale écrit :

Je pensais que les problèmes environnementaux étaient la perte de la biodiversité, la destruction des écosystèmes et le changement climatique. Je croyais qu’avec 30 ans de bonnes avancées scientifiques, ces problèmes pourraient être enrayés. Mais je me trompais. Les problèmes environnementaux prévalents sont l’égoïsme, la cupidité et l’indifférence, et pour les affronter nous avons besoin d’une transformation spirituelle et culturelle. Et nous, en tant que scientifiques, ne savons pas comment faire.

Christ nous appelle à renoncer à nous-mêmes (Lc 9.24)

Durant des siècles, nous avons lutté pour du confort, de la nourriture, pour nos besoins vitaux. Aujourd’hui, nous devons lutter pour moins de richesses, moins de ressources par habitant, moins de nourriture. Notre maladie, c’est l’opulence. Christ nous appelle à renoncer à nos droits pour suivre Dieu dans un chemin en paix avec la Terre.

Laisser nos idoles

Tels que les bienfaits des biens matériels, la peur du manque et même les conceptions fausses sur la nature. Nous pensons loi de la jungle pour la nature alors qu’elle fonctionne surtout en interdépendance.

Ecouter les prophètes de notre temps

De la même manière qu’Élie annonçait une catastrophe : la venue des Assyriens, bien avant que cela se produise, des personnes nous mettent en garde sur l’arrivée de grandes difficultés, ce sont entre autres les scientifiques. En novembre 2017, 15’364 scientifiques lancent un appel et estiment qu’il y a un impératif moral à agir en faveur de la planète.

S’engager pour le Royaume de Dieu ici et maintenant

Si nous pensons que Jésus n’est pas venu pour changer notre relation à la terre ou que cette relation ne l’intéresse pas, alors nous pouvons nous réfugier dans une chaloupe spirituelle. Si nous sommes convaincus que le sacrifice de Jésus est efficace ici et maintenant alors nous agissons. Nous mettons notre foi en action et agissons en vue d’une restauration et d’une guérison de la création. Pour cela il faudra avoir de la persévérance pour ne pas retomber dans nos habitudes. L’église pourrait même être une source d’inspiration dans ce domaine.

Questions

  • De quelle façon je vis ma relation avec la nature ?
  • Comment dois-je comprendre qu’il y aura une nouvelle terre et que je doive prendre soin de celle-ci ?
  • Quelle pourrait être mon implication pour la sauvegarde de la nature ?

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.