Méditation sur Pâques

Méditation sur Pâques

(Ac 10.34-43 ; Jn 20.1-9)

Pour légitimer la crucifixion, Pilate consulte le peuple (référendum). La mort du trublion va ramener la sérénité, mais voilà… une femme de mauvaise vie et des pêcheurs l’ont vu vivant. Marie de Magdala, Pierre et Jean apportent trois témoignages complémentaires.

Marie de Magdala, image de l’amour, libérée de démons et guérie par le Seigneur, sa vie n’est plus un fardeau mais un don. Sa préoccupation est le corps du Seigneur qu’elle veut parfumer. Un cadavre vaut-il la peine qu’on s’en soucie ? C’est là la délicatesse de son amour. Le triomphe de l’amour sur la mort et le mal.

Jean,figure de la foi voit, le tombeau vide et croit. Les choses sont comme Il l’avait dit.

Pierre figure l’espérance qui croit que rien n’est jamais fini. Ses reniements ne conduiront pas à la mort comme Judas, car il s’accroche à la bienveillance de Dieu qui offre toujours un avenir.

Le ressuscité peut traverser nos murs de protection, la foi remplacer nos fausses certitudes par des convictions solides, les réalisations solides de Dieu prendre la place de nos réalisations fragiles.

Questions :

  • Quelles pourraient être les raisons qui m’empêchent de croire à la résurrection de Jésus ?
  • Si j’ai reçu la grâce de croire à la résurrection du Christ, qu’est-ce-que cela modifie dans ma vie ?
  • Quelle est mon expérience de la puissance de vie de Christ dans des zones sombres de mon être intérieur ?
  • Quelle est mon expérience de la puissance de résurrection traversant mes murs de protection, mes fausses certitudes et/ou mes réalisations fragiles ?
  • Quel est l’effet de la résurrection du Christ sur ma foi, mon espérance et mon amour ?

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.