Le but de la course, c’est Christ

Le but de la course, c’est Christ

Philippiens 3. 8-14

J’aimerais nous encourager à considérer cette année qui s’ouvre pour notre église comme une course à parcourir.

1. Une course praticable pour tous. C’est une course d’endurance, qui s’entraîne pour pouvoir courir chaque jour un peu plus loin, un peu plus longtemps. Cela parle d’un vrai effort cardiaque, musculaire et mental qui s’entraîne et qui est possible pour tous. C’est immobilisé dans une cellule de quelques mètres carrés que Paul parle de cette course. Elle peut donc se faire dans tous les environnements, dans toutes les circonstances et à n’importe quel âge.

2. Christ : le but de la course.

Le but final c’est Christ, lorsque, après la ligne d’arrivée, nous vivrons pour toujours dans sa présence.

Le but de chacun de nos pas. Dans la course à laquelle Paul nous appelle, il n’y a pas juste le but final, mais il y a le but qui est là à chacun des pas qu’on fait. C’est cela qui nous permet de tenir dans la course et de ne pas nous arrêter. Il y a plus que le fait de croire en Christ pour être sauvé. Il y a le fait de connaître Christ et ce but se vit chaque jour. Lorsqu’on se lance dans cette course, on reçoit une connaissance toujours plus profonde, plus intime de Christ. C’est Lui qui va nous aider à tenir le coup lorsque nous sommes essoufflés ou avons un point de côté. « Le bien suprême qu’est la connaissance de Jésus-Christ notre Seigneur », c’est cette connaissance profonde et intime qui est à la fois le but et le moyen de notre course.

3. Les exigences de la course. On ne court pas si on a 40 kilos sur le dos. Paul, pour remporter le prix de la course s’est laissé dépouiller de tout. Quelqu’un disait d’un coureur cycliste : il pense vélo, il mange vélo, il boit vélo, il rêve vélo, il s’entraîne vélo, il se déplace vélo, c’est pourquoi il peut remporter le tour de France. De la même manière, si nous voulons remporter le prix de notre course d’endurance avec le Christ, nous devons penser Christ, manger Christ, boire Christ, rêver Christ, agir Christ et laisser tomber le reste qui nous encombre. Ça, c’est un vrai bon gros changement de mentalité auquel Christ nous appelle. Mais on ne pourra jamais courir et le connaître véritablement si on n’est pas prêt à renoncer à d’autres choses.

4. L’expérience de la course, (Ph 3.10). On veut bien courir pour expérimenter la puissance de la résurrection de Christ dans nos vies, mais pas forcément communier avec lui dans ses souffrances. Courir avec le Christ, lui ouvrir toute la place dans nos vies pour qu’il vienne l’habiter de sa présence, c’est non seulement faire place à sa vie de résurrection qui nous donne le salut éternel, mais c’est aussi faire place à sa vie de résurrection ici et maintenant. Certes, nous ne vivons pas encore cette puissance de résurrection pleinement, mais nous en voyons déjà de beaux fruits. Christ vient redonner vie, paix, espoir et joie. Concernant la communion aux souffrances de Christ, il est assez naturel que nous possédions une aversion pour la souffrance et la mort. C’est pourtant un moyen de Le connaître. Paul qui s’y connaît en matière de persécutions et de rejets, nous dit qu’il nous a été donné le privilège, non seulement de croire en Christ, mais encore de souffrir pour lui. De manière mystérieuse, dans des situations de souffrance et plus particulièrement dans des situations de souffrance injustes comme la maladie ou le mal injustement commis par autrui à notre encontre il y a une communion qui se fait avec le Christ. Nous comprenons aussi plus pleinement qui Il est et quelles sont les armes avec lesquelles il vient vaincre le mal, la souffrance et la mort

Les projets que nous mettons en place : le cours vivre libéré, le cours alpha, etc. reflètent cette course que nous voulons vivre à Villard.

Questions :

  • Quelle différence je fais entre croire en Christ pour être sauvé et Le connaître ?
  • Quelle est mon expérience de coureur dans le but de connaître Christ ?
  • De quelle façon la souffrance injuste m’a fait progresser dans ma course ?

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.