La cuirasse de la justice (Ephésiens 6.14)

La cuirasse de la justice (Ephésiens 6.14)

Le but de la cuirasse

C’est de pouvoir résister dans les jours mauvais et de tenir debout. Pour ces chrétiens d’Ephèse, les mauvais jours pouvaient être d’être accusés devant les tribunaux de manger des bébés, par exemple.

Le moyen pour résister : prendre dès à présent la « panoplie de Dieu » ou « armure de Dieu » (v. 13), pour être entraîné lorsque les mauvais jours viennent.

L’origine de l’image : c’est Dieu lui-même qui s’arme (Es 59.15-17). Paul nous invite à nous mettre dans les rangs de Dieu. La cuirasse sert à protéger les organes vitaux.

Tout chrétien a des luttes. S’il n’en a pas, c’est qu’il vit comme les perdus.

Contre qui avons-nous à résister, lutter ?

Nous n’avons pas à lutter contre des êtres de chair et de sang, mais contre les Puissances, contre les Autorités, contre les Pouvoirs de ce monde des ténèbres, et contre les esprits du mal dans le monde céleste. Eph 6.12

Les armes du chrétien sont essentiellement défensives et servent à nous défendre de l’injustice. La lutte consiste à résister contre des structures de pensées, des mentalités, des formatages de l’injustice, etc.

La lettre aux Ephésiens (Ep 4.17-24) nous donne un exemple concret : « revêtir… la justice », c’est la nouvelle identité en Jésus, la nouvelle communion que nous avons avec Lui. Les domaines concrets en jeu sont dans Ephésiens 5 : amour, bonté, soumission mutuelle, dire la vérité, pas de propos grossiers, ne pas laisser cours au ressentiment (« donner prise au diable »), mais chercher l’unité et relativiser les « murs », ne pas voler, mais travailler pour soi et les autres. Colère et injures doivent disparaître comme toute espèce de méchanceté, pardonner comme Dieu nous a pardonné en Christ ; pas question de cupidité, de débauche, d’impureté quelle qu’elle soit….

Si la justice est d’avoir bonne conscience devant les humains, le système devient élastique. Coluche disait : « C’est pas compliqué en politique, il suffit d’avoir une bonne conscience, et pour ça il faut avoir une mauvaise mémoire ». La justice dont il est question dans l’épître aux Ephésiens (Ep 4.24), c’est de « revêtir l’homme nouveau … ». Cette justice n’est pas l’impeccabilité, mais la justice reçue dans la communion avec Jésus (2Co 5.21). La foi en Jésus-Christ mène à une vie transformée, réorientée ; même si elle n’est pas parfaite, elle doit être entière et cela fait la différence chrétienne (appelée « justice »).

Les accusateurs sont Satan, les hommes et notre conscience (1P 3.13-17). Il nous est demandé de garder notre conscience pure en relation avec Jésus car : Là où Christ est le chef, les puissances sont soumises et vaincues ; c’est la protection par excellence.

Questions

  • Quelles sont mes luttes et comment est-ce que je m’y prends pour tenir debout ?
  • Quel pourrait être le rôle de la conscience si je veux mener une vie juste ?
  • Que veut dire pour moi, revêtir le Christ ?

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.