Jésus et la Samaritaine

Jésus et la Samaritaine

Jean 4

La prédication se fait sous forme d’une paraphrase durant laquelle la prédicatrice se met à la place de la Samaritaine. Puis, elle nous donne quelques fruits cueillis dans le récit.

Quelques fruits cueillis lors de cette rencontre extraordinaire

Il y en a beaucoup. Gardez celui qui vous parle le plus.

  1. Jésus parvient en une toute petite phrase à casser le mur de séparation entre la Samaritaine et lui et à mettre cette femme en mouvement. Le processus est très rapide chez elle. Ce n’est pas toujours le cas. C’est réjouissant de savoir que nos murs à nous ne sont ni définitifs, ni infranchissables, que Dieu peut les briser. Et inversement, si on se heurte à un mur, on peut peut-être aussi avec beaucoup d’amour et de sensibilité, casser ce mur avec une petite phrase.

Parfois il peut arriver qu’on imagine des murs qui en réalité n’en sont pas.

  1. Le don de Dieu, l’eau vive qui désaltère, passe par Jésus le Christ uniquement : « Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. » (Jn 14.6) Lui seul peut nous conduire dans la communion du Père. MAIS – il y a un mais – il faut prendre conscience de sa soif.
  2. Dans le cœur à cœur avec Dieu, c’est une véritable libération qui nous attend. Répondons à cette invitation.
  3. Oui à l’église, lieu de rassemblement des croyants, mais elle ne doit pas se substituer à la foi personnelle. Elle ne doit pas abuser de son pouvoir, ni intimider, ni écraser, ni contraindre, ni juger les croyants. Ce n’est pas elle qui sauve, comme nous ne pouvons pas nous sauver nous-mêmes. Jésus le Christ reste le Sauveur.
  4. Si les disciples, qui étaient aux premières loges, avaient parfois de la peine à suivre ou à comprendre leur maître, il ne faut pas nous en vouloir si nous ne captons pas tout, tout de suite. La Parole est d’une richesse illimitée. A chacun son rythme. N’aie pas peur d’avancer lentement, crains seulement de t’arrêter.

Si je devais me représenter le visage de la Samaritaine, je la verrais sous ces traits :

Une femme mûre, sûre d’elle, au regard intelligent et pétillant, un air déterminé, et belle, évidemment, pour avoir plu à autant d’hommes.

Questions

  • Qui est ton Juif, qui est ta Samaritaine avec qui ne t’entends-tu pas ?
  • « Donne-moi à boire » : montre-moi avec quelle eau tu te désaltères, te convient-elle ? As-tu de la peine à aller la chercher ? où vas-tu la prendre ?
  • Quelle est ta soif à toi ?

« Quiconque boit de cette eau-ci aura encore soif. Mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; au contraire, l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source jaillissant en vie éternelle. »

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.