Stupéfaction ! L’Esprit tombe sur eux !

Stupéfaction ! L’Esprit tombe sur eux !

Actes 10

Présentation

Quel récit passionnant ! Si ces événements ne s’étaient pas produits, nous n’aurions pas l’assurance d’être sauvés ni de recevoir l’Esprit Saint. La 1ère Eglise, centrée sur Jérusalem, ne comprenait que des Juifs convertis à Jésus et qui continuaient à observer la Loi de Moïse. Cette Loi contenait des prescriptions rituelles sur le pur et l’impur (Lv 11) qui avaient pour résultat une stricte séparation entre Israël et les autres nations. Les païens consommaient des animaux impurs et, par contagion, ils devenaient eux-mêmes impurs. Remarquons d’ailleurs que la distinction pur/impur n’a rien à voir avec la distinction bon/méchant. Manger avec des païens était interdit aux Juifs, pour des raisons rituelles. Il y avait des païens qui étaient attirés par le judaïsme et fréquentaient la synagogue : on les appelait les « craignant-Dieu » ; mais ils étaient toujours exclus des relations intimes avec les Juifs. – Pierre sera repris sévèrement par les chrétiens de Jérusalem quand ils apprendront ce qu’il a fait : « Tu es entré chez des incirconcis notoires et tu as mangé avec eux ! » (11,3)

Quatre remarques

1. Nombreux moyens surnaturels de révélation (Actes 10.3, 10, 13, 15, 19, 44, 45)

C’est exceptionnel. Le plus souvent, les apôtres se dirigent d’après les commandements généraux du Seigneur (9,32). Mais ici, il s’agit d’un message nouveau, choquant pour les chrétiens de la 1ère Eglise. Même Pierre dit d’abord « non » à la voix céleste ! Il a fallu tout un arsenal de moyens surnaturels pour le convaincre. Ce sera un tournant décisif dans l’histoire du christianisme : des païens sont agréés de Dieu, le don de l’Esprit Saint est répandu sur eux !

2. Comment interpréter une vision

Nos visions ne viennent pas toutes de Dieu, nos rêves non plus. Quand une vision est inspirée par Lui, elle est précieuse. Cependant il faut encore l’interpréter. Pierre ne comprend pas tout de suite celle qu’il a reçue. Il ne se précipite pas pour fabriquer une interprétation. Non, il attend, et c’est un exemple pour nous.

Par la suite, c’est l’Esprit Saint qui lui dit d’aller à Césarée – et cela « sans aucun scrupule ». Il comprend alors : la vision concerne des hommes, non des bêtes : « … il ne faut déclarer immonde ou impur aucun homme » (28). Parole capitale, bouleversante, qui est pour nous aussi.

3. Une nouvelle Pentecôte : l’Esprit tombe sur des païens

Il y aura une autre surprise. A Césarée, il parle de Jésus : sa vie, sa mort, sa résurrection. Il parle encore quand, stupéfaction ! l’Esprit Saint tombe manifestement sur ces païens réunis : ils parlent en langues et glorifient Dieu. Comme il le dira plus tard (11,15), Pierre reconnaît que c’est le même don qu’à la Pentecôte. Et pourtant, il y a des différences. Cela montre qu’il ne faut pas s’attacher aux détails ; il y a une grande diversité dans les manifestations de l’Esprit. La Pentecôte des païens a eu lieu !

4. L’ordre normal bouleversé exceptionnellement

Cette effusion de l’Esprit se produit avant que les participants aient reçu un enseignement sur l’Esprit, avant qu’ils se repentent et soient baptisés. Il y a un ordre normal : proclamation de l’Evangile et enseignement – repentance et foi – baptême d’eau – réception du Saint-Esprit. Mais cet ordre peut être changé. Ici, il importait que Pierre soit ébranlé dans ses habitudes et ses convictions.

Conclusion

Nous aussi, sachons nous réjouir quand des groupes ou des Eglises différents de nous reçoivent l’Esprit. Question : peut-on provoquer l’effusion de l’Esprit ?  Si oui, comment ?

Ecartons deux fausses pistes :

  1. Croire que la personne doit avoir une piété particulière pour l’obtenir.
  2. Nous imaginer qu’il faut un enseignement détaillé sur l’Esprit, assorti de pratiques, pour recevoir des dons spirituels.

La prédication des apôtres est centrée sur la personne et l’œuvre de Jésus-Christ. C’est dans ce sens que nous devons agir. Et rappelons-nous la promesse de Jésus (Lc 11,13), « Si donc vous, qui êtes mauvais, savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père céleste donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent. »

Questions

  • A quoi ai-je remarqué l’effusion de l’Esprit, chez les autres et chez moi ?
  • Est-ce que je dois éviter certaines mauvaises fréquentations, et pourquoi ?
  • Est-ce que j’ai réalisé l’unité de l’Esprit avec des personnes d’un autre milieu, d’un autre peuple ?

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.