Les bornes dans ma vie

Les bornes dans ma vie

1 Samuel 7. 7-12-14

Pour pouvoir se référer à la bonté de Dieu, il est important de marquer par des bornes les temps d’intervention de Dieu dans nos vies (les 12 pierres déposées dans le Jourdain par Josué ; après avoir battu les Philistins, Samuel a pris une pierre et l’a nommée Ében-Ézer : jusqu’ici Dieu nous a secourus ; etc.  Même si les enfants en Israël avaient une vie différente de la nôtre, ils avaient aussi des études et des étapes spirituelles. A cette époque les enfants de Galilée vivaient trois étapes :

  1. Beth-Madrid, de 5 à 12 ans : les garçons et les filles étaient ensemble. Les garçons apprenaient la Torah pour la savoir par cœur à 12 ans. Les filles apprenaient par cœur les Psaumes, les Proverbes, Deutéronome et le Lévitique. Après 12 ans si c’était acquis, les garçons vivaient leur première Pâque puis apprenaient un métier. Les filles, en général se mariaient.
  2. Beth-Torah, entre 12 et 15 ans les garçons apprenaient un métier tout en approfondissant l’étude de la Torah.
  3. Beth-Talmud, de 15 à 30 ans l’élève était appelé disciple. Il apprenait 24h/24 à interpréter et à appliquer la Torah avec un Rabbin. A 30 ans il était tellement rempli de Dieu qu’il pouvait être un Rabbin. Jésus a demandé à ses disciples d’être de cette trempe-là ; marcher avec lui, s’asseoir à ses pieds 24h/24. Il demande d’être fervent. La ferveur vient du Latin : fervor signifiant chaleur, zèle, passion, un cœur qui se livre avec enthousiasme. En général le jeune qui voulait avoir un Rabbin devait en faire la demande : Puis-je être comme vous ? Parfois, certains Rabbins allaient vers une personne et disaient : Viens et sois comme moi.

Nous devrions marquer d’une borne, d’une pierre, le jour où Jésus s’est approché de chacun d’entre nous et a dit : « Veux-tu être comme moi ? ». Néanmoins, il y aura des jours de doute, (Mt 14.22-31). Pierre veut être comme Jésus. Mais à un certain moment il manque de foi, pas en Jésus mais en lui-même. Si nous pensons que nous ne pouvons pas, alors on ne pourra pas. Pour vivre cette ferveur, cette relation aujourd’hui, nous avons Sa Parole, le rassemblement (l’église) et la prière.

La parole. Le défi est de la lire en premier pour la réaliser avec la demande au Père qu’elle soit notre pain de ce jour. L’exégèse et l’analyse viennent après.

L’église. C’est ensemble que nous grandissons dans les  grands rassemblements ou dans les églises de maison. Jésus donne les ministères pour équiper et  pour former les saints et les dons pour grandir. L’église n’existe pas pour divertir les sauvés mais pour former des disciples, pour glorifier Dieu et atteindre ceux qui sont perdus.

La prière. Elle souligne notre relation avec le Seigneur, (Mc 1.35).

Paul parle de 6 types de prières, (Ep 6.18)

  1. Se mettre d’accord pour prier, (Mt 18.19).
  2. La prière de requête. Soyons confiants alors que nous demandons à Dieu de répondre à nos besoins.
  3. La prière de reconnaissance. Quand nos requêtes supplantent nos louanges cela indique quelque chose sur notre caractère. Les personnes égocentriques demandent, mais rarement apprécient, (Ph 4.6).
  4. La prière d’intercession, (Ez 22.30) Intercéder veut dire se tenir à la brèche pour quelqu’un d’autre.
  5. La prière de lâché-prise, (1P 5.7). Aussi longtemps que nous essayerons de contrôler les évènements, notre stress va augmenter. Mais quand nous aurons appris à lâcher ces choses devant Dieu, nous nous étonnerons d’avoir passé, même un jour, à nous en soucier.
  6. La prière de consécration. Sur la route de Damas, Paul a prié, (Act 9.5) “…Seigneur que veux-tu que je fasse ?” C’est dire : « Me voici, fais de moi ce qu’il te plait. Que ta volonté soit faite, pas la mienne. » C’est à ce moment que nous sommes en train de décider de suivre le Seigneur, plutôt que de lutter pour qu’Il nous suive. Le résultat, Dieu fera le travail qui doit se faire en nous, pour qu’Il puisse accomplir le travail qu’Il désire faire au travers de nous.

Conclusion. Posons des bornes spirituelles, elles sont importantes, parce que lorsque la marche deviendra difficile, elles nous rappelleront comment Dieu nous a secouru. Jésus nous dit : Je t’ai choisi.

Questions

  • En quoi mettre des jalons, des bornes dans ma vie m’a-t-il aidé  ?
  • Que veut dire, pour moi, être disciple de Jésus  ?
  • En quoi la Parole de Dieu, l’église, la prière m’aident-elles à être disciple  ?

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.