l’arrestation d’un homme pour me faire réfléchir à mes sources d’espoir dans la vie

l’arrestation d’un homme pour me faire réfléchir à mes sources d’espoir dans la vie

Actes 21-23

Paul a décidé d’aller à Jérusalem sachant qu’il devrait poursuivre jusqu’à Rome, Ac 19. Jérusalem et Rome représentent deux zones de pouvoir politico-spirituel que le Royaume de Dieu va pénétrer et confronter.    Paul est arrêté dans le temple de Jérusalem.  Devant le Sanhédrin il dira que c’est pour

« … notre espérance …, (Ac 23.6) » qu’il est mis en jugement. Puis, Paul reçoit la révélation qu’il devra être témoin à Jérusalem et à Rome, (Ac 23.11). Ces deux villes représentent des systèmes politico-religieux qui rejettent l’Evangile du Messie mort et ressuscité. L’espérance chrétienne se réfère à une 3ème ville, la Jérusalem céleste, (Hé 12.22). Nous allons voir comment Jérusalem et Rome se sont opposées à l’espérance chrétienne. La Jérusalem terrestre, qui a tué les prophètes et son Messie, représente une forme de refus de l’Evangile. Lorsque leur Messie vient, cette Jérusalem ne le voit pas. Lorsque Jésus ressuscite, elle ne le croit pas. Son espérance est purement orientée vers le futur et ne voit pas l’action de Dieu dans le présent parce qu’elle est focalisée sur ses propres efforts pour fabriquer ce futur et le mériter. En ce temps-là, le Temple n’était plus qu’un édifice vide au service d’un pouvoir corrompu et qui sera détruit, (Lc 20.20-24). C’est Rome, la nouvelle Babylone, sous les ordres du général Titus qui détruira le temple. Rome, la deuxième ville dont le pouvoir humain et spirituel s’oppose à la venue du Royaume de Dieu. Rome avait à cette époque une mainmise sur tout le bassin méditerranéen. Cette mainmise s’appelait la pax romana, la paix romaine amenée par Auguste qui était l’empereur de Rome lors de la naissance de Jésus. Voici comment une inscription datant de l’an 9 avant J.-C. décrit la naissance de l’Empereur Auguste : « On peut légitimement considérer ce jour comme le moment où le début de l’existence et de la vie est arrivé … Puisque la Providence … a amené l’ordre le plus parfait en nous donnant Auguste, … l’envoyant comme un sauveur, … et puisque lui, César, par son apparition (épiphanie) a surpassé toutes nos attentes, à cause de lui, la date de naissance de dieu fut le début des bonnes nouvelles pour le monde. » Rome ainsi n’attend plus la bonne nouvelle. La paix qu’elle apporte est la pax romana, maintenue par un système militaire et de communication très bien organisé ainsi que par le panem et circenses, le pain et les jeux. C’est cette pax romana, qui va conduire Paul à Rome, et qui persécutera les chrétiens quelques années plus tard. Toutefois, l’Evangile aura eu le temps de pénétrer le cœur de l’Empire Romain. Ces deux formes de résistance à l’Evangile sont toujours actives dans notre société et dans notre cœur. L’agnosticisme (l’agnosticisme voit les religions comme de pures constructions sociales et culturelles qui auraient surtout pour fonction historique d’assurer la cohésion et l’ordre dans les sociétés humaines traditionnelles) et l’humanisme de la modernité correspondent à la Jérusalem terrestre. La modernité espère un monde meilleur mais refuse de croire à l’action de Dieu dans l’histoire et par conséquent base son espérance sur les efforts humains. Actuellement, la Jérusalem de la modernité est en train de s’écrouler sous l’assaut de la Rome de la post-modernité. Cette dernière s’installe avec ses myriades de croyances, ses pratiques plus ou moins occultes, son système de pensée tyrannique, etc. Quant à nous chrétiens, nous avons une espérance vivante, (1P 1.3), c’est de vivre dans la Jérusalem céleste, dans la présence de Dieu et non dans la Jérusalem terrestre de la loi et de l’agnosticisme ou dans la Rome des sécurités et des plaisirs humains. Les plaisirs de la vie, la sécurité de notre société, sont des bénédictions de Dieu. Ces sécurités et ces plaisirs humains sont appelés à être vécus à l’intérieur même de l’espérance vivante, Christ ressuscité. Ils ne sont pas espérance en soi. C’est pourquoi, goûtons que le Seigneur est bon, goûtons à sa présence. Passons du temps à l’écouter et à discuter avec lui. Remettons-lui nos vies, nos soucis de tous les jours. Regardons-le agir en nous et autour de nous.

Questions :

  • En quoi notre époque ressemble-t-elle spirituellement à Rome ?
  • Pour moi, que représentent spirituellement Jérusalem et Rome ?
  • Pour moi, que représente la Jérusalem céleste ?
  • Est-il possible de se rapprocher de cette Jérusalem céleste ? Si oui, comment ?
Suivant
Le Sel

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.