Pourquoi Dieu n’intervient-il pas contre le mal ? (Habaquq 2.1-14 et 3.18-19)

Pourquoi Dieu n’intervient-il pas contre le mal ? (Habaquq 2.1-14 et 3.18-19)

RÉSUMÉ  Atelier biblique

3 décembre 2020

Animateur : Jean Villard

Introduction

Dans l’atelier précédent, nous avons vu que ce prophète dialogue avec Dieu, l’interpelle et même l’accuse ; et que Dieu accepte d’être ainsi interpellé. La 1ère réponse de Dieu ne satisfait pas le prophète. Il protestait contre le mal commis en Juda, du temps du mauvais roi Jojakim, entre 608 et 505 avant J.-C., et Dieu lui répond en annonçant un mal pire encore : l’invasion de Babyloniens, peuple violent et cruel. Habaquq, loin d’inventer une explication, reste avec ses interrogations. – Nous lirons d’abord une partie du chapitre 2. Il commence par des expressions figurées (« tour de garde, rempart, …guetter ») qui montrent l’attitude de Habquq, son attente. Vient ensuite la réponse de l’Eternel, qui concerne les Babyloniens (ou Chaldéens) et le peuple d’Israël.

Nous lirons ensuite un court extrait : les dernières paroles du chapitre 3, qui est un psaume.

Commentaires

2,1 (fin) : Etonnement : c’est Habaquq lui-même qui va répliquer à ses reproches, puisque c’est par sa bouche que passera la réponse de l’Eternel, grâce au phénomène de l’inspiration. 

2,4  La 1ère partie vise Babylone ou son roi ; la 2ème s’adresse aux justes de Juda – et d’ailleurs.

2,5-13 (et 15-19) : série de malédictions exprimant le jugement de Dieu sur « l’homme hautain », c’est-à-dire le roi de Babylone et son peuple : * 5-8 oppression et violence dans « toutes les nations » dominées par Babylone ; l’oppresseur se charge d’une « dette » toujours plus lourde, les opprimés deviennent des créanciers, qui ont le droit de se soulever. * 9-11 Nebucadnetsar se vantait de faire des constructions somptueuses, avec des cèdres du Liban et des roches extraites de carrières lointaines.

* 12-13 Dieu va intervenir : les travaux immenses des Chaldéens déboucheront sur l’anéantissement.

2,14  Prodigieuse promesse : un jour, il y aura total triomphe de Dieu : menace pour les ennemis, merveilleuse espérance pour les « justes ». La « gloire », c’est la présence manifeste de Dieu.

Fin du chap.2 : malédictions contre le peuple qui se réjouit de l’opprobre des autres nations ;  et qui s’adonne à l’idolâtrie.

Chap. 3 : c’est un psaume, où Habaquq évoque la majesté de Dieu, sa puissance qui éclate dans toute la création et qui, finalement, va « fracasser la maison du méchant », pour sauver son peuple. Mais dans l’avenir immédiat, le peuple d’Israël sera envahi, plongé dans la détresse.

Questions

  1. Habaquq reçoit-il des réponses à ses interrogations ?
  2. Pourquoi les méchants ne sont-ils pas châtiés ?
  3. Pourquoi les Babyloniens, pires que Juda, sont-ils autorisés à le conquérir ?
  4. Comment Dieu peut-il prendre à son service une telle nation ?
  5. Combien de temps une telle situation va-t-elle durer ?
  6. Quel message d’espérance pour l’avenir immédiat et l’avenir lointain ? Fondé sur quoi ?

Dialogue et conclusion

(Question A) Le Seigneur va juger le mal qui se commet en Israël, il le punira en laissant les Babyloniens l’envahir. Sous-entendu : cette punition préparera une purification et une repentance.

Le peuple de Babylone sera à son tour détruit, le Seigneur condamne ses agissements atroces. Cela s’accomplira certainement, peut-être durant la vie de Habaquq, mais on ne sait quand (2,3). – (Vers 550, Babylone subira les assauts des Mèdes ; elle sera prise par Cyrus en 539.)

Question sans réponse : pourquoi Dieu utilise-t-il, pour châtier son peuple, une nation plus méchante ?

(Question B) Pourtant, Habaquq reçoit l’apaisement et même la joie. C’est grâce à une relation avec la personne de l’Eternel. Le prophète reçoit et communique un message d’espérance.

  • Pour maintenant et l’avenir immédiat : la Vie sera donnée à celui qui croit, qui met toute sa confiance en Dieu, sans aucun mérite de sa part. Paul citera ces paroles en Rm 1,17 et Ga 3,11.
  • Pour l’avenir lointain : définitivement, toute la terre sera « remplie de la connaissance de la gloire de l’Eternel » (2,14) : tous les êtres seront en relation avec le Dieu sauveur, qui fera partout resplendir sa grâce.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.