L’avenir d’Israël et le plan divin (Ro 11, 11-36)

L’avenir d’Israël et le plan divin (Ro 11, 11-36)

Résumé de l’atelier biblique du 15 mars 2016

Animateur : Jean-Jacques Meylan

Introduction

Il faut distinguer judaïsme biblique et judaïsme rabbinique. Le premier se fonde sur une lecture et une compréhension, guidée par l’inspiration, des textes de l’A.T. Le judaïsme rabbinique est celui que Jésus a dénoncé et qui a cours aujourd’hui chez la plupart des Israélites. Selon Ro 4,3, Gal 3 & Hébr 11, Abraham est sauvé par la foi. Pour le judaïsme rabbinique, Abraham n’est pas sauvé par la foi, mais par ses œuvres, notamment la pratique de la circoncision.

Nous distinguons 6 axes dans notre texte :

  1. La chute – la déchéance d’Israël. Israël a gravement fauté. Voir Mt 21.43 :  Le royaume de Dieu vous sera enlevé, et sera donné à une nation qui en rendra les fruits. Mais évitons 2 erreurs : ce n’est pas à l’Eglise de punir Israël ! Inversement, il ne faut pas considérer que le judaïsme rabbinique (pour Israël) est l’équivalent du salut par la foi (pour les païens). Il y a une seule voie de salut.
  2. La permanence de l’amour de Dieu pour Israël. Dieu ne rejette pas ceux qui l’offensent. Il n’a pas rejeté son peuple. Il aime ceux qu’il châtie.
  3. L’élargissement du salut aux païens. N.B. « plérôme des païens » (v.25) : cela ne veut pas dire que tous les païens se convertiront.
  4. La réintégration des juifs (15), s’ils passent de l’incrédulité à la foi en Christ (23)
  5. Avertissements, exhortations à demeurer fidèle
  6. Doxologie. Paul s’émerveille… et célèbre la gloire de Dieu

Questions pour les groupes

  1. Y a-t-il un ou plusieurs peuples de Dieu ? Israël et l’Eglise forment-ils deux peuples de Dieu distincts ?
  2. Comment faire partie du peuple de Dieu ?
  3. Pourquoi l’Israël « selon la chair » est-il exclu du peuple de Dieu ?
  4. En quoi les notions d’alliance et d’élection vous concernent-elles personnellement ?

Echos des groupes et conclusion

  1. Evident : il y a un seul peuple de Dieu. Mais l’Israël « selon la chair » (c-à-d. défini biologiquement ou ethniquement, et qui refuse le Christ) continue à exister, toujours appelé par la grâce, qu’il finira par accepter.
  2. Un seul moyen, pour les juifs comme pour les païens : voir 3,30 ; 4,16-17 ; 10,9.
  3. N.B. La « chair », c’est la réalité humaine laissée à elle-même et qui se détourne de Dieu. Romains 9:31-32 : …Israël, qui cherchait une loi de justice, n’est pas parvenu à cette loi. Pourquoi ? Parce qu’Israël l’a cherchée, non par la foi, mais comme provenant des œuvres. Romains 10:3 : …ne connaissant pas la justice de Dieu, et cherchant à établir leur propre justice, ils ne se sont pas soumis à la justice de Dieu. (La justice de Dieu est donnée, à cause de l’œuvre de rédemption opérée par Jésus-Christ, à tous ceux qui croient.)
  4. L’alliance, c’est essentiellement la relation vivante, personnelle, avec Dieu. L’élection, c’est le fait qu’avant tous mes engagements et mes efforts, il y a eu les dons et l’appel de Dieu ; vivre l’élection, c’est, tous les jours, me recevoir de Dieu.

Le v. 32 ne signifie pas que Dieu est cause de la désobéissance ! Cessons de penser en termes de relation de cause à effet. Ce verset rappelle qu’il y a un seul Dieu, qui est au-dessus de tout. Son but, c’est de faire grâce à tous ; or on ne fait grâce qu’à une personne qui a été condamnée. La Loi divine fait apparaître la désobéissance de tous les hommes, mais le Seigneur n’en reste pas là. Il offre sa miséricorde aux hommes de tous les peuples qui s’ouvrent, par la foi, à son action.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.