Résumé Atelier biblique – Le fruit de l’Esprit : Un changement dans notre manière d’être (Galates 5. 13-25)

Résumé Atelier biblique – Le fruit de l’Esprit : Un changement dans notre manière d’être (Galates 5. 13-25)

Un changement dans notre manière d’être

Galates 5, 13-25

Résumé Atelier biblique

2 décembre  2021

Animateur : Stéphanie Clarke

Introduction

Les Galates étaient des Gaulois qui se sont établis vers 278 av. J-C. en Anatolie (centre de la Turquie).  Leur dernier prince meurt en 25 av. J.-C. et lègue ses Etats à Rome.

Suit une vaste réorganisation avec la création de la province de Galatie, qui englobe la Pisidie et Lycaonie. C’est dans cette Galatie du Sud que Paul a passé lors de son 1er voyage. Peu de temps après avoir entendu l’évangile de l’apôtre Paul, les Galates ont été visités par d’autres personnes qui risquaient de pervertir leur foi ; ces « fauteurs de troubles » prescrivaient probablement l’obéissance à la loi juive, y compris la circoncision. Or cela pouvait les éloigner de la grâce et de la liberté donnée par la foi en Christ (selon le début du ch. 5).

Commentaires

  1. 13 : La liberté chrétienne implique l’affranchissement du régime de la Loi ; mais elle ne doit pas servir de prétexte pour vivre selon la « chair » ; ce mot désigne ici la nature humaine déchue. Elle donne au contraire le désir et le pouvoir de se faire « esclaves » (litt.) des autres. Loin de l’idée actuelle courante, la liberté est la condition de ceux qui sont propriété directe de Dieu.
  2. 14 : L’accomplissement de la loi est réalisé, non par une obéissance servile en vue de se justifier, mais au moyen de la justification donnée par le Christ et de l’amour qui en découle.
  3. 16-26 : antagonisme entre la chair et l’Esprit : désirs opposés, régimes différents. La liste des « œuvres de la chair » est semblable à des listes de vices établies par des païens. Elle touche au domaine sexuel, à la religion, aux relations entre personnes, à l’alimentation. La liste des qualités spirituelles est uniquement chrétienne. Contraste avec les dons de l’Esprit (1 Co 12), qui sont différents pour chaque disciple : il y a un fruit de l’Esprit, unique, aux multiples facettes ; la liste n’est pas exhaustive : voir Ep 5,9 (« justice, vérité »). Il s’agit de qualités personnelles, qui déterminent les relations sociales. – Amour : celui que Dieu a révélé en Christ ; il recherche le bien du prochain. – Joie : bonheur profond qui naît d’une relation personnelle avec Dieu. -– Paix : tranquillité d’esprit ou bien-être spirituel, basés sur le pardon . – Patience : attente constante et soutien des autres. – Bonté : attention portée à la fragilité de la personnalité humaine et aux besoins des hommes – Bénignité : bienveillance. – Fidélité : ou « foi » (traduction courante), ici spécialement en rapport avec les autres. – Douceur : soumission à la volonté divine (Jc 1,21) et égards pour les hommes (Ga 6,1). – Tempérance : maîtrise de soi, contrôle des impulsions charnelles.

Questions

  1. Qu’est ce que ce texte nous dit sur la relation entre la liberté et les relations avec les autres ?
  2. Comment vivre le fruit de l’Esprit dans notre Eglise ?
  3. Laissons nous conduire par l’Esprit – comment le vivre personnellement ?

Entretien en groupes

  1. La notion individualiste de la liberté tue la société et enferme l’individu dans un cercle étroit. La libération donnée par Christ ouvre sur les autres, élargit l’horizon de chacun, donne la possibilité de comprendre et d’aimer. – B. ne pas vivre en parallèle, chacun avec sa piété, mais cheminer ensemble, à une vitesse qui convient à tous. – C. Lire la Parole ; s’examiner soi-même.

Conclusion  : la foi en Jésus-Christ nous sauve et nous libère du régime de la Loi : notre salut ne dépend pas du degré de notre obéissance à la Loi. Il ne faut pas confondre cette liberté avec une permission de faire n’importe quoi. Nous ne devons pas suivre les penchants de notre nature déchue, cela nous amènerait à éteindre L’Esprit. Mais nous devons vivre dans l’Esprit. Et ainsi nous allons porter son fruit ; non pas par nos propres efforts ; si nous laissons l’Esprit agir en nous, il le produira naturellement. Pour y parvenir, il nous faut chercher ce que Dieu veut pour nous, en scrutant sa Parole et en priant ; et d’autre part, partager avec nos frères et sœurs, développer une vie communautaire.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.