Immense grandeur de la personne et de l’œuvre du Christ – (Colossiens 1, 15-20)

Immense grandeur de la personne et de l’œuvre du Christ – (Colossiens 1, 15-20)

Résumé de l’atelier biblique du 2 mai 2019

Animateur  : Jean Villard

Introduction

Colosses était une ville de la région d’Ephèse (Asie). On y célébrait un culte frénétique de Dionysos et de Cybèle . – Une Eglise y a été fondée par Epaphras, un collaborateur de Paul. Paul n’y est jamais allé. Il écrit cette lettre avec Timothée alors qu’il est prisonnier à Rome, en 61 ou 62. Epaphras lui a dit son inquiétude : des prédicateurs veulent entraîner l’Église vers une prétendue sagesse ésotérique, assortie de pratiques ascétiques ; ils affirment qu’il y a une hiérarchie d’êtres angéliques entre Dieu et les hommes et leur vouent un culte. Paul réagit par une lettre, portée par Tychique et Onésime, l’esclave converti ; elle est aussi destinée à d’autres Églises de la région. Il ne commence pas par des reproches ou des avertissements, mais par la reconnaissance et le rappel de la merveilleuse situation des Colossiens chrétiens : lire 1, 12-14.

Commentaire

L’ensemble (v.15-20) est une hymne, peut-être empruntée à la liturgie d’une Eglise.

Deux parties. : 1. v.15-17 : le Fils, image de Dieu, créateur et Seigneur de l’univers.
2. v.18-20 : le Fils, tête de l’Eglise, auteur de la nouvelle création par sa résurrection ; habité par la plénitude divine ; artisan d’une « réconciliation » cosmique, par son sang versé sur la croix.

  • 15 et 18b « premier-né » : ne pas imaginer qu’il est l’aîné d’une série de frères, ni la première créature ; le Christ n’est pas créature, mais créateur. Le terme a un sens figuré : prééminence, droit de tout « hériter ».
  • 16b quatre mots désignant des êtres invisibles, dotés d’une certaine puissance, limitée, exercée sur les hommes, voire sur d’autres créatures. Certains sont opposés à Dieu (p.ex. l’autorité des ténèbres, v.13). Inutile de spéculer sur eux : Ep 1,21 en parle aussi, mais mentionne des « puissances », non des « trônes » – dans un ordre différent ; et suggère qu’il y a d’autres êtres qui pourraient être nommés.
  • 19 : autre traduction possible : « Toute la plénitude s’est plu à habiter en lui ».
    Plénitude = la substance divine, tout ce qui est en Lui. Pléonasme ! Elle a habité Jésus pendant toute sa vie terrestre, et aussi après sa résurrection.

Questions

 chaque fois, dire quel est l’impact du message sur moi et sur la communauté

  1. Le Christ, « image », est-il une copie de Dieu le Père ?
  2. Tout a été créé en lui et par lui : comment ?
  3. « Il a plu à Dieu de tout réconcilier… » (20) : cela implique-t-il que tous les hommes seront sauvés ?

Dialogue et conclusion

  1. Il n’est pas copie ni clone, mais par Lui, Dieu se manifeste, devient quasi visible (cf. Adam, qui est image de Dieu, Gn 1,26-27). – L’un de nous dit qu’il a d’abord connu le Christ, puis, par Lui, le Dieu vivant. Un autre a été délivré par Christ de sa croyance en un faux dieu. De plus, l’incarnation du Christ démontre la crédibilité de tout l’Évangile et rend le Sauveur proche de moi.
  2. Christ était la Parole, à l’œuvre dans la création (Gn 1,3, etc . « Dieu dit … »). Jn 1,1-3 nous assure que tout a été fait par la Parole, qui était auprès de Dieu, « tournée vers Dieu ».
    – On remarque que, parmi les êtres mentionnés en 16b, il y a aussi des puissances visibles.
    – Les choses visibles ont de la valeur, puisqu’elles ont été créées par Lui.
  3. Tous les hommes ne seront pas sauvés, pas plus que les puissances démoniaques. Mais ces puissances, comme les hommes qui se sont associés à elles, seront dépouillées de toute autorité, de toute influence sur l’humanité et sur l’univers. Le salut portera ses fruits dans l’univers entier, il y aura une harmonie parfaite ; les choses seront délivrées de « l’esclavage du périssable » : Rm 8, 19-21. C’est l’avenir, mais à la Croix, la victoire a déjà été remportée. – Jésus n’est pas seulement mon Sauveur personnel, mon ami… Sa personne a une grandeur immense, défiant notre imagination. Son œuvre se déploie dans le passé du monde, dans le présent et dans l’avenir. Elle a des ramifications dans tout l’univers. Cela me remplit de joie, car je me préoccupe de nos enfants et petits-enfants ; de notre Église et de toutes les Églises ; de mon pays et de l’humanité entière.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.